soulmate
avatars illustrés 200*400px → contexte fun → forum Y/Y/H [NC-16]
Hot Sun [Finish]

Hot Sun [Finish]
 :: RP

avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Hot Sun [Finish] Jeu 3 Mai - 2:35
Hot Sun
Fatigué et endolorie, un camion de dix tonnes semblait lui avoir roulé dessus, à multiples reprises. Alister tomba lourdement sur son tabouret. Il avait passé une partie de la nuit passée et de la matinée à livrer des fleurs pour trois mariages différents, aux trois coins de l'île de SoulMate. Il regarda sa montre le regard hagard, il n'était que midi. Sa chemise blanche était froissée et son pantalon plein de terre noire. Il se secoua un peu et passa sa main dans ses cheveux pour sensiblement les replacer.

Il se gratta la nuque en soupirant, il devait donner ration à son père: Travailler seul dans le magasin de fleurs était beaucoup trop, à la limite de ce que c'est capacité physique le lui permettait et cela l'agaçait. En regardant autour de lui, il pensa qu'il pouvait au maximum engager une personne pour tenir la caisse et faire le ménage. Ce serait simple et Alister pourrait s'occuper des fleurs et des commandes.

Malgré le fait que c'était un homme qui appréciait la solitude que lui offrait son travail lorsqu'il n'avait pas à gérer des clientes. Cela l'inquiétait de faire des entrevues à ne plus finir et de peut-être se retrouver avec un collègue pénible qui écouterait de la musique forte ou qui parlerait sans cesse.

Alister blêmit. Il ne devait pas s'arrêter maintenant, il attrapa et une feuille et son plus beau stylo et écrivit à main levée sur la page blanche:



Employé(e) recherché(e)
Temps plein/partiel
Commis à la caisse et diverses tâches variés.
Salaire selon l’expérience.




À l'extérieur, il colla l'avis dans sa vitrine au côté du nom de la boutique.: Fleurir, Par Alister Manfield. Il admira sa devanture, des couronnes de fleurs ornées de rose et de bégonia brillaient sous le soleil qui réchauffa son dos. Des douzaines de tulipes de couleurs variées trônaient dans des vases de chine. Une idée lui traversa l’esprit alors qu'il vit le petit plant en pot de lavande seul dans son coin. Il sortit son calepin et  commença à gribouiller des gypsophiles dans un bouquet de lavandes. Il ne remarqua pas les mouvements autour de lui, trop concentré sur son dessin qui prenait vie.
I’ve learned that people will forget what you said, people will forget what you did, but people will never forget how you made them feel. –Maya Angelou
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2018

Soul
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Jeu 3 Mai - 20:47

HOT SUN
━ sybile △ alister

Le pas léger, presque sautillant, elle faisait le tour de la ville - elle était libre.
C'était la première vraie occasion qu'elle avait eue de se promener depuis son arrivée, et Sybile savourait le vent de la liberté caressant sa joue et faisant voler ses cheveux immaculés. Pas que son récent transfert à l'université prenne tout son emploi du temps, au contraire, ses cours étaient si pauvres et rares par rapport à ceux de son ancienne université de la haute qu'elle ne se sentait même plus étudiante - non, ce qui lui prenait le plus de temps, c'était de répondre aux appels et messages incessants de sa famille. Couvée mais pas par eux, protégée du monde et de la "basse société", ils refusaient de savoir leur chair se mélanger au commun des mortels, et ne la pensaient surtout pas apte à vivre indépendamment d'eux - loin de la fortune, de l'influence familiale. Loin étaient-ils de penser qu'elle était humaine, elle-aussi.

Mais Sybile était libre, dans sa petite robe blanche, à savourer la liberté et le soleil d'une île où elle n'aurait jamais imaginé mettre les pieds de son propre chef. C'était la première fois qu'elle avait prit une décision d'elle-même et l'avait suivie, esquivant les bâtons dans les roues et le chantage de sa mère, et ne regrettait en aucun cas d'avoir forcé son chemin. Elle devait juste prendre le pli, vivre comme les autres et pas comme une assistée - même si ses manières nobles lui restaient, vingt ans d'éducation ne cesseraient pas de l'influencer si aisément.

Ainsi découvrant son nouveau milieu, dépourvu de neige et de froid, la jeune suédoise ajusta ses lunettes sombres pour protéger ses jolis yeux bleus. Son regard déviant légèrement, il se posa sur un étalage de fleurs aux couleurs si vives qu'elle failli en être éblouie. Sybile s'approcha, admirant le soin mit dans la présentation et la conservation de toutes ces pétales au si grand éclat, s'accroupissant pour les voir de plus près. Ses doigts se promenaient entre des pots d'azalées, de pensées, de lilas. Ses pensées se baladaient dans les couleurs et les senteurs mélangées, le doux son des feuilles affolées par le vent, nourrissant son imagination.
Elle écrirait peut être son premier poème de la semaine en rentrant aujourd'hui.
Dépliant ses genoux, redressant son dos, elle étira gracieusement sa colonne vertébrale. Le regard divergeant encore une fois, Sybile remarqua une silhouette penchée sur les fleurs un peu plus loin ; et d'un pas aérien, la rejoint pour se pencher à son tour sur son épaule.
Le crayon à la main, un jeune homme dessinait les fleurs - un petit pot de lavande seul, abandonné, auquel il donnait des petites fleurs blanches en compagnie.

" C'est si beau.. ", lui échappa des lèvres, le ton subjugué.

Elle se rendit compte de sa présence, et elle-même sursauta. Quelque chose l'avait attirée, inconsciemment, comme une papillon vers une lumière - elle n'y pensa pas trop, refusant l'idée.

" Pardon, je ne voulais pas déranger. "

Sybile se redressa, l'air gêné, un petit sourire courbant sa bouche. Ce qui ne l'empêcha pas de continuer d'admirer le croquis, pensant à ses essais de toiles laissées dans le froid scandinave, et à sa soudaine envie de peindre. Elle peindrait peut être sa première toile de l'année en rentrant aujourd'hui.


hrp ; c'est un peu plus long que prévu désolée ;;
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Dim 6 Mai - 0:04
Hot Sun FT. Sybile


Ne portant pas attention à ce qui se passait autour, Alister était attentif sur son croquis qui prenait vie. Son crayon allait et venait frénétiquement et son regard était rivé sur les lavandes qui avaient besoin d’être arroser, pensa-t-il, mais cela pouvait encore attendre quelque instant.
L’esprit léger, les tensions disparaissaient dans ses muscles endoloris par sa journée surchargée. Il ne remarqua pas la jeune femme qui s’approchait de lui d’un pas féerique. Jusqu’à ce qu’il entende une toute petite respiration derrière lui et une voix qui le fit faire un bond de 10 pieds dans le ciel. Il eut si peur que la pointe de son crayon à mine vola en éclat tellement il avait pesé fort sur la feuille laissant une marque étoiler sur son dessin.

Si la bulle avait été réellement présente, celle-ci aurait pris l’apparence d’une explosion atomique. Il eut le réflexe de coller son carnet contre lui, le visage empourpré. Sa réaction était digne d’un adolescent pris en flagrant délit avec une revue pour adulte. Il tourna sa tête mécaniquement vers la propriétaire de la voix, être envahi de la sorte le troubla quelque peu.

C’était un flocon de neige parmi la chaleur de l’été. Sa peau couleur ivoire pourrait brûler sous ce soleil cuisant pensa-t-il. Le serrement qu’il ressentit dans sa poitrine le déstabilisa, il ne comprenait pas d’où venait ce sentiment de papillon dans son estomac. Ce devait être parce que'il n’avait pas mangé encore et non le plus beau sourire qu’il avait vu depuis longtemps.

Ce devait être ça.



Alister se surprit de la dévisager autant. Elle semblait pensive alors qu’elle avait les yeux sur le croquis. Il appréciait malgré tout le compliment, mais pas d’aussi proche. Il toussa dans son coude et pointa la porte derrière lui.

« – Si vous voulez, j’ai quelques dessins en vente. » Dit-il doucement, sa voix n’étend as très portante, il c’était pencher vers la jeune femme légèrement et évitait à tout prit son regard cacher derrière ces lunettes fumées.

Il se dirigea vers la porte de Fleurir et ouvrit la porte pour peut-être laisser rentrer la jeune femme si elle le désirait. Il avait décidé d’être ouvert un mercredi, il pouvait bien l’inviter à l’intérieur. Alister regretta par contre d’avoir décidé d’ouvrir, mais l’affiche sur la porte ne mentait pas, c’était bien ouvert.

La boutique était incroyablement bien illuminée. Une section pour enfant se trouvait près du hall d'entrée avec un chevalet et des crayons de toutes sortent. Une idée du paternel d'Alister. Aucun membre de famille Manfield ne s'était résigné à la retirer.

Le fleuriste se dirigea vers le fond de la boutique vers des étages à côté de la chambre pour les fleurs. Il en sortit un caisson avec différentes fiches de tailles différentes. Chaque feuille représentait soit un paysage ou des fleurs, avait été soigneusement insérée dans une petite pochette de plastique.

Il le déposa à côté de la caisse et alla trouver refuge sur son tabouret derrière le comptoir. La distance était bonne entre eux maintenant. Il lui proposa un thé ou un café, la machine se trouvant juste derrière lui.
HRP: Désoler, sa ma prit du temps :( (J'ai perdu du courant la nuit passer! C'était l'apocalypse dans mon coin de pays :O
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2018

Soul
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Sam 12 Mai - 22:43

HOT SUN
━ sybile △ alister

Couleur.
Couleur.
Couleur.
Aveuglement.
Elle voyait rouge, bleu, rose, vert ; toutes les couleurs de l'univers.
Un haut le cœur, comme une explosion ; sa peau parcourue d'un frisson.

Sybile ne sentait plus qu'une décharge foudroyante le long de son dos, la bloquant en place comme prise de glace. Une sueur froide soudaine, rendant le chaud dans son cœur plus chaud encore, s'éprit d'elle tandis qu'elle perdait les mots et restait suspendue, silencieuse.
Elle s'était déconnectée de la réalité, et n'émergea que quand elle réalisa que ses pas s'étaient enclenchés en suivant ceux de son interlocuteur, dans sa boutique, au milieu des fleurs colorées. Tant de couleurs, de saturation, d'ondes floues émanant des pétales, que Sybile sentait la migraine emprisonner ses tempes.

Elle y réfléchissait, tentait de composer ses pensées, mais elles étaient si dissipées et affolées qu'aucun moyen d'avoir une idée claire. Son regard était absorbé, fixant l'inconnu au final si familier et se noyant dans ses traits ; doux, fins, et pourtant si figés. Rien chez lui ne lui semblait cher et reconnaissable, et pourtant, elle pouvait lire dans ses yeux et la moindre de ses mimiques comme s'ils avaient été liés pendant des années, des décennies, des millénaires.
Interrompue par la voix portée depuis l'arrière du comptoir, Sybile était perdue. Elle n'avait pas vraiment écouté, absorbée par la canicule inconnue dans sa poitrine, mais avait entendu les mots "thé" et "café", et n'eut qu'à hésiter quelques instants à observer la machine contre laquelle il s'était arrêtée avec un air ahuri pour choisir, de sa voix douce et fluette, un thé.


D'un pas hésitant au début, plus élancé et agile après, elle s'avança jusqu'au comptoir avec le sourire aux lèvres. Sybile se sentait bien, ne pensant plus à rien, juste à l'aura si douce et fascinante qui les englobait quand ils étaient l'un en face de l'autre. Elle ne savait pas quoi dire, ne voulant pas gâcher une telle harmonie, mais sentant que rester ainsi dans le silence était assez gênant. Trouver quelque chose, n'importe quoi.

" Tu.. Vous.. vous avez de la chance de travailler dans un endroit aussi joli. "

Elle observa les alentours, les étales de fleurs en tout genre bordant tous les murs ; les bouquets de roses de couleurs variées dans leur robe de plastique scintillant, perlé de rosé. Quelque chose était apaisant et pur dans cet environnement, la poussant à s'y balader sans soucis, sans questions - ou peut être était-ce la présence si particulière qui l'entourait. Ses doigts effleurèrent un petit pot de pensées, les observant avec un filtre toujours si saturé et vif.

" Ça me donnerait envie de dessiner, à moi aussi. "

Sybile lui adressa un sourire radieux, mais quand elle s'en aperçu son regard se déroba et ses joues se parèrent d'un voile rosé. Embarrassée, elle ne s'était pas vraiment rendue compte que sa langue s'était trop déliée à son goût, et quitte à jouer avec ses doigts, autant regarder le contenu de la boîte qu'on lui avait ramenée.
Alors c'est ce qu'elle fit, minutieusement, croquis par croquis en en appréciant la délicatesse toujours plus poussée.Elle s'était accoudée au comptoir, silencieuse, un petit sourire aux lèvres - elle se sentait bien, et à sa place.


hrp ; ya pas de problème, j'ai prit mon temps aussi entre les cours et les préparations de dossier ! j'espère que tout est revenu chez toi et que ça s'est pas trop mal passé D:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Lun 21 Mai - 3:37
Hot Sun FT. Sybile

Alister s’affairait à préparer deux tasses de thé vert pour lui et sa cliente, celle-ci semblait sereine parmi les étagères de son magasin. Elle baignait sous les rayons du soleil qui traversait les grandes fenêtres.

Il pouvait sentir son cœur se serrer de plus en plus dans sa poitrine, sans comprendre pour quelle raison il se sentait ainsi. On lui avait toujours reproché de ne pas savoir exprimer ce qu’il ressentait, mais comment exprimer quelque chose que l’on ne comprend pas soi-même?

Il tressaillit en l’entendant parler, le regard de la jeune femme brûlait sa nuque. Évitant de la regarder, se sentant jugé et envahi par une grande gêne; une rougeur apparaissait sur ses oreilles.

Il sourcilla en entendant qu’elle le tutoyait, mais son interlocutrice s’était corrigée de sa petite voix cristalline, un peu comme les carillons qu’il avait installés sur son balcon.

Entouré par autant de beauté et de couleur, il avait une vie facile où les contraintes étaient si minimes qu’il était reconnaissant de chaque journée passée dans sa boutique. Elle avait incroyablement raison.

La chance lui souriait.

Il se détendit, la jeune femme lui semblait si familière et quelque peu réconfortante. Elle pourrait presque faire partie du décor.

Il versa l’eau chaude sur les feuilles de thé et détourna son regard de ce qu’il faisait.

« – Si vous voulez, j’ai de quoi dessiner. » Il l’invitait en pointant le chevalet et les quelques crayons qui se trouvaient dans la boîte.

C’était vrai qu’il appréciait le silence, c’était pour cette raison qu’aucune radio ne fonctionnait dans la boutique. Par contre, il pensa un instant qu’il pourrait s’habituer à elle. Elle virevoltait comme un papillon parmi les fleurs, illuminer par le soleil.

Aveuglé par autant de clarté.


Alister eut envie de peindre ce moment, de magnifiques couleurs vives, des forget-me-not et aussi...

« -Outch! » Le fleuriste s’était exclamé alors qu’il venait de se brûler le dos de la main avec le liquide de la bouilloire.

C’était plutôt rare qu’il se blessait, il était toujours si concentré dans ce qu’il faisait. Il se dirigea vers l’évier en faisant signe a sa cliente que tout allait bien, de ne pas s’inquiéter. Son crâne était en ébullition, frustré envers lui-même, ne comprenant pas pourquoi il se sentait ainsi.

Le cœur battant.
Les doigts tremblants.
L’esprit embrumé.


Il ouvrit le robinet et laissa l’eau froide couler sur sa main. Cela calma sa douleur. Il fixa son plafond couleur crème, il avait toujours peinturé des fleurs, paysages, mais très peu souvent des êtres humains. Il connectait mal avec ceux-ci, mais d’un coup l’inspiration l’avait frappé de plein fouet. Il voulait mettre sur toile tous les sentiments qui l’habitaient à ce moment précis.


Merci pour ta patience <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2018

Soul
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Sam 26 Mai - 3:11

HOT SUN
━ sybile △ alister

「 The Kindred ─ Judas 」



Silencieuse, elle appréciait consciencieusement les œuvres une par une, son sourire doux traduisant à chaque nouvelle esquisse un compliment inavoué. Par peur de mettre mal à l'aise et de sur-réagir, Sybile préférait laisser son corps parler - mais maintenant, son corps brûlait. Son cœur pompait trois fois plus de sang qu'il ne le faisait normalement, et elle sentait dans sa poitrine l'écho sourd qui se faisait dans son ventre, où un champ de fleurs était en train de naître, tout envahi de papillons. Un écho comme une sentence de mort, la décadence de ses pensées - mais une lumière si aveuglante qu'elle aurait pu la brûler.

" Oh, ça ira, ne vous en faites pas ! Je ne suis pas très douée.. je sais mieux écrire que dessiner. "

L'odeur du thé qui se noyait dans l'eau en commençant à infuser, la brume chaude et humide qui caressait ses joues, Sybile se sentait comme une pétale de rose blanche tout juste aspergée de rosée ; confortable, dans un endroit qui semblait si familier, si rassurant. Un champ de fleur comme dans son intérieur - elle pouvait comprendre le fleuriste, et son attachement à cet environnement si particulier.

Soudain, une pique lança dans son cœur alors que la voix grave résonna dans ses oreilles. Elle sentit presque sa main chauffer, brûlante ; ce qui l'inquiéta et l'intrigua énormément. Mais très vite elle fût prise d'un élan protecteur, effaçant et maudissant sa surprise, qu'elle réprima également en comprenant qu'il venait de se brûler mais refusait qu'on s'occupe de lui. Qu'elle s'occupe de lui. Elle n'avait pas de raison de le prendre mal, vraiment, qui était-elle pour s'en soucier ? Elle n'était qu'une inconnue, un flocon de neige de passage, une rencontre fortuite donnée par le hasard ou bien par le destin. Sybile ne comprenait pas cette passion soudaine ; elle avait toujours conservé sa bonté, même quand on avait voulu la lui arracher, mais pour autant jamais elle n'aurait voulu se salir les mains pour un parfait inconnu.
Inconnu dont elle se prenait peu à peu d'affection, sans doute, chérissant sa maladresse qui n'avait pas l'air habituelle, ses traits durs mis à rude épreuve depuis que Sybile avait fait irruption, la douce rougeur sur sa peau dès que leurs regards se croisaient, ses cheveux d'un ébène si profond qu'elle avait du mal à y voir les ombres, sa silhouette élancée et aussi droite que lui - sans s'en rendre compte, la voilà qui observait pensivement le grand homme sous ses yeux plutôt que d'intervenir.

" .. Tout va bien ? "

De sa voix douce, cristalline, presque d'un murmure, Sybile resta sagement devant le comptoir tout en mourant d'envie de passer cette même barrière. Ses grands yeux bleus, tout d'abord fixés d'un air inquiet sur lui, se baissèrent pensivement peu à peu. Un creux prenait place dans l'intérieur de son ventre, arrachant tout avec lui comme un trou noir ; les couleurs dans sa vision en clignotaient presque tant elles étaient vives, l'aveuglant. Ses épaules tombèrent doucement, impuissante mais désirant tant bien faire, elle succombait sous le poids de ses désirs.
Le vide combla le trou dans son cœur, s'y logeant confortablement et ainsi rempli, manquant de remplir ses yeux de larmes mystérieuses qu'elle empêcha même de perler. Sybile était perdue ; par la situation qui la détruisait et la reconstruisait en boucle, comme un big bang permanent, et par l'influence que cette présence inconnue mais pourtant si familière avait sur elle. Les couleurs continuaient de danser sous ses yeux cependant, ses yeux qui voulaient voir plus de ce que le destin avait à leur offrir.



Hear me out, intimacy; let your warmth envelop me
Closeness, oh sweet luxury, I'll praise you vehemently
On long nights, the feeling grows so strong;
but still stronger, my resolve that all I need is her word — nothing can shake this
For twin hearts, inherently kindred,
Know all despair will be dissolved at companion's side.



hrp ; ahhhh désolée j'ai pris mon temps D:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Dim 27 Mai - 3:26
Hot Sun FT. Sybile



You're scared 'cause I am too
This feeling in my head is being there for too long
We sleep now with the light on,
But shadows make shapes in the light
And I don't know what they might be!



Une main sous le débit du robinet et l’autre qui pinçait l’arête de son nez : Alister se sentait incroyablement ridicule. L’eau bouillante avait laissé une marque rougeâtre sur le dos de son outil de travail. Mordant son index, la douleur était si intense qu’il en oubliait la jeune femme derrière lui. C’était le genre de journée où il aurait mieux fait de s’enfermer dans son appartement. Il attrapa la trousse de premiers soins sous l’évier et déversa son contenu sur le comptoir.

« – Ce ne sera pas bien long. Je suis désolé. » Soupira-t-il.

Elle aimait écrire. Qu’est-ce qu’elle écrivait? Des histoires? Un livre peut-être? Alister adorait lire, sa bibliothèque contenait principalement des romans fantastiques, mais aussi quelques recueils de poésies. Il appréciait ce type de lecture qui le calmait. Comme il aurait aimé mettre les yeux sur ce qu’elle composait.

En premier lieu, il étendit une crème pour les brûlures sur la rougeur, ensuite il appliqua un gros pansement pour empêcher l’air de toucher à sa peau meurtrie. Alister marmonnait à lui même, se maudissant de s’être blessé de la sorte.

« — O-oui, tout va bien. Je suis vraiment désolé. Ce n’est pas dans mon habitude... »Dit-il de vive voix par la suite en direction de la jeune femme.

Il retourna vers sa station et entreprit de terminer ce qu’il concoctait. Il sortit une petite boîte métallique de sous le comptoir. Celle-ci était d’un rouge écarlate et sous son couvercle, se cachait des biscuits sucrés aromatisés aux citrons et à la lavande.

Il finalisa un joli plateau, avec deux tasses de thé à la menthe fraîche, le sucrier et les biscuits joliment alignés dans une assiette. Détendu et plutôt a l’aise, Alister sifflota doucement en déplaçant le plateau sur son comptoir où il approcha un tabouret pour la jeune femme. D’un signe de main, il l’invita à s’assoir.

À cet instant précis, leurs regards se croisèrent et en un moment, il s’y perdit entièrement. Il plongea dans cet étang d’eau cristalliser en sentant son souffle ce couper. Elle semblait complètement ébranler par ce qu’il venait de se passer. Alister traversa la barrière qui les séparait, attrapa sa main et la conduisit vers le tabouret.

Le visage à Alister s’était assombri, il avait les sourcils froncés en se penchant devant la jeune femme. Le sourire si charmant de son interlocutrice avait disparu, elle semblait en peine. Les yeux un peu perdus et les lèvres pincées.
Elle était si pâle, féerique, irréelle.

Réalisant leur proximité, Alister fit un bond vers l’arrière en lâchant sa main. Il approcha une assise pour lui même et attrapa un biscuit.

« – Vous savez... Je recherche quelqu’un pour m’aider dans la boutique e-et... » Dit-il en se levant et se dirigeant vers la porte.

Sortant de la boutique, il arracha la feuille qu’il avait collée sur sa vitrine. Il déposa celle-ci sur le plateau. S’il y avait un record mondial de la bêtise, Alister pourrait être le premier sur le podium. La sueur perlait le long de son dos malgré l’air frais du climatiseur et la rougeur sur ses oreilles le trahissait.

« – C’était vraiment rude de ma part... Je suis désolé. » Il passa ses doigts dans sa chevelure et soupira en regardant ailleurs.

« – Je m’appelle Alister Manfield. Propriétaire de Fleurir. » Déclara-t-il dans un rire nerveux.



Il y a rien qui presse <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2018

Soul
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Lun 28 Mai - 4:10

HOT SUN
━ sybile △ alister

Une chaleur soudaine enlaça ses doigts, et avant même qu'elle ai eu le temps de réaliser de quoi il s'agissait, son cœur avait déjà bondit dans sa poitrine et ses genoux tremblaient à en manquer de la faire tomber. Toute ébranlée, Sybile leva les yeux et croisa le regard de l'homme qui s'était approché, tant approché, et souhaita qu'encore plus il s'approche jusqu'à pouvoir l'enlacer. Plongée en lui ainsi, le temps s'était presque arrêté ; si bien qu'elle ne sentit pas son propre corps et regard dévier dans la trajectoire qu'il lui avait fait prendre, glissant délicatement sur le tabouret.
Son attention resta plusieurs longs instants en suspens, qui lui parurent tellement courts cependant. Elle ne put s'empêcher de fixer le regard troublé qui la suivait, de se noyer dans sa noirceur pourtant si claire, à bien y regarder ; un mélange de bleu et de vert qui plus elle l'observait, plus il lui semblait scintiller. Il était si beau, si contrasté - elle pouvait comme voir en lui les touches distinctes de noir de mars, de bleu outremer, de vert de phthalocyanine, sur lesquelles avec un peu de lumière apparaissaient des teintes plus chaudes, des reflets magenta, pourpres, cadium, aurore ou bronze ; mais ainsi fantasmant, alors que son regard déviait vers ses lèvres pincées, elle se surprit à penser que peut être était-elle la seule à voir cette réalité, peut être que cette canicule qui brûlait son corps de glace n'était pas innocente, et que seulement dans ses plus beaux rêves elle recevrait le baiser ardent qu'elle désirait.
Puis sa main se sépara de la sienne, tel un charme brisé ;
et ses questions restèrent en suspens.

Une montée rouge à ses joues lui embrouilla l'estomac, et elle regroupa tous ses doigts sur le bord de sa robe pour s'y agripper, se consoler de sa stupidité. Une euphorie qu'elle devait calmer, une chaleur infernale circulant dans son corps alors que les lumières et les couleurs ne faisaient qu'encore plus se démarquer. Sybile tenta de contenir toutes ses émotions, les enfermant dans un coffret de cristal et voulant en jeter la clé, mais elle ne put s'y résigner. Comme une marionnette gracieuse, elle prit à son tour un biscuit du magnifique plateau qu'il lui avait préparé. En y réfléchissant à deux fois, elle se sentit très gênée, car même si chez elle en Suède il lui était très commun d'en d'encore plus grandioses avoir à disposition, celui-ci était bien plus particulier. Plus doux, plus attentionné, saupoudré d'amour et de bonnes intentions. Alors disposant de sa retenue habituelle, elle savoura le gâteau sucré comme un petit animal tout satisfait, le rose toujours aux joues.

Suivant le grand homme du regard avec son biscuit aux lèvres, assise à un comptoir sur un tabouret deux fois plus grand qu'elle, Sybile se sentait comme une enfant. Les couleurs dansaient joyeusement autour d'elle, et bizarrement ses soucis et angoisses s'étaient comme volatilisées. Mais à mesure qu'elle suivait la voix de plus en plus paniquée qui s'affolait derrière elle, le doute commençait à la prendre ; ne sachant trop comment aider, un sac de nœuds de possibilités, alors elle resta sagement posée comme une poupée sur son tabouret. Ses cristallins yeux bleus grands ouverts, cils battants, le moulage de son visage restant parfait - enfin, pas pour longtemps.
Le voir ainsi paniquer la remplit d'incertitude, et elle-même se retrouva bien vite à tourner en rond. Son regard alternait sans cesse entre une nouvelle plante et le grand homme à côté d'elle. Sybile voulait tant aider, faire quelque chose, que même sa proposition ne fit qu'à moitié sens dans sa tête sur le coup tant elle était préoccupée à paniquer aussi. Faire quelque chose, n'importe quoi.

Son rire gêné ne put l'empêcher de sourire bêtement, ce qui dédramatisa la situation pendant quelques instants. Mais en entendant son prénom, Sybile ne put réprimer un frisson. Alister, Alister. Elle le répéta plusieurs fois dans sa tête, manquant de tomber dans ses pensées, mais se rappelant qu'elle devrait sans doute ne pas se laisser aller. Alister.. ce nom faisait fleurir mille fleurs dans son cœur. Les fleurs, les fleurs. Une sueur froide la ramena à la réalité, et après avoir jeté un rapide coup d’œil à la feuille posée devant elle, et toutes ses pensées se bousculèrent à la fois, si bien qu'elle failli perdre l'équilibre.

" N-Ne vous en faites pas ! En fait, je suis encore étudiante, pour peu de temps, mais je cherche un travail, ou.. ou quoi que ce soit qui pourrait m'aider à m'occuper.. enfin.. j'ai besoin de faire quelque chose je crois ? "

Elle se sentait stupide, stupide, stupide, stupide. Jouant avec ses doigts en regardant vers le bas, Sybile lança un regard furtif à la feuille posée sur le plateau, puis à Alister, manquant de rougir encore plus qu'elle ne l'était déjà - rien qu'à tenter de le regarder dans les yeux, un frisson parcourra le long de son dos et la pétrifia. Elle ravala sa salive anxieusement, se forçant de reprendre sa posture noble. Elle devait se reprendre en main, même si elle n'avait clairement pas la situation en main du tout.

" Enfin.. t-tout ça pour dire que si vous cherchez encore, et bien je.. j-je suis intéressée. "

Le regard de Sybile se fronça légèrement de détermination, et elle le planta dans celui d'Alister. Elle hésitait et ne savait trop ce qu'elle devait faire, à la limite de la panique ; justement, la voilà qui manque de tendre la main vers lui pour la lui serrer, mais au dernier moment, révise ses actions et se coince la main entre les cuisses pour se punir d'avoir voulu la bouger. Un sourire gêné mais sincère remplaça le doute sur son visage, et réalisant qu'elle n'avait même pas mentionné son nom après qu'il l'avait fait, Sybile s'empressa de réparer sa faute.

" Je m'appelle Sybile Van Hilde. Enchantée. "

Un sourire d'ange, un regard de côté, un voile rouge sur ses joues alors qu'elle tente de l'effacer. Elle le regarda encore, Alister, ne se lassant ni de son visage ni de son nom - comme un distant passé, des souvenirs qui ne se sont jamais effacés.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Mer 30 Mai - 1:41
Hot Sun FT. Sybile


Lovesick the beat inside my head
Waves struck a sea of bitterness
Lights out solo in the blue
Before I found you


C’était une journée bien particulière pour Alister, celle-ci avait commencé à la course pour livrer des fleurs, déjà qu’en théorie, c’était son congé. De plus, il avait rencontré une jeune femme tout à fait singulière qui pourrait être l’employée qu’il recherchait.

Ignorant les sentiments qui l’habitaient et lui donnaient le vertige, il était particulièrement heureux de voir son interlocutrice apprécier les biscuits qu’il avait préparés la veille. Elle avait une présence qui la rendait attachante, un peu comme comme sa bibliothèque. C’était une comparaison plutôt étrange, mais elle avait une première de couverture magnifique et les mots en elle devaient être remplis de mystère.

Alors qu’elle parlait, il n’entendait pas son bégaiement ou ne voyait pas sa gêne terriblement flagrante. Il n’entendait que les bribes de ce qu’elle lui révéler. Mots par mot, il l’écoutait.

Elle était étudiante.

Il comprit pour quelle raison il avait évité son regard depuis le début de leur rencontre quelque minute plus tôt. La peur irrationnelle de s’y plonger et de s’y perdre. Maintenant qu’il avait goûté à son regard, il voulait le peindre, garder en mémoire cette couleur de diamant.

Il baissa les yeux vers la main qu’elle lui tendait, une marque rouge y était apparue. Une marque rouge. Les yeux d’Alister s’écarquilla dans la surprise du moment. Une copie conforme de la brûlure dont il s’était affligé dans son inattention.

Sybile.


Cela faisait plusieurs mois qu’il n’avait pas pensé à son âme sœur. Des années qu’il n’avait pas communiqué avec celui-ci, ignorant même les messages laissés à l’encre sur sa peau. Il porta sa main sur sa bouche, ébahi pas ce moment.

C’était une journée tout à fait étrange qui devenait une comédie donc il était le l’acteur principal. Il voulut déloger la main qu’elle avait cachée entre ces cuisses, mais il réalisait que c’était plus qu’inapproprié.

Subitement il se leva, attrapa un stylo permanent entre ses doigts et écrivit une phrase sur son bras droit.

“La beauté est la fleur du bonheur.”

L’écriture n’avait de son charme de d’habitude, les lettres étaient carrées, faites à la va-vite. L’urgence de comprendre, l’urgence de savoir.

Les morceaux de casse-tête s’emboitaient dans sa tête.

«-Regarde!» disait-il, en lui pointant son bras de sa main tremblante, il ce demandais dans qu'elle histoire, il venait de s'embarquer.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2018

Soul
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Mer 30 Mai - 3:34

HOT SUN
━ sybile △ alister

La surprise électrisa son dos et la fit se dresser de tout son long sur son assise, observant curieusement le jeune homme bondir d'une pulsion maniaque sur un feutre. Penchant la tête sur le côté à mesure qu'il écrivait sur son bras, l'air curieux, un souvenir flou revint à l'esprit de Sybile ; ce sentiment qu'elle ressentait, qui l'emprisonnait, cet acte si familier sur lequel elle n'arrivait à mettre la main malgré qu'il soit si près, elle venait de comprendre enfin de quoi il s'agissait.
Elle se revit l'espace d'un instant lire les poèmes sur ses mains d'enfant, les mots doux et les caresses à son cœur - les dessins comme les blessures, les alexandrins comme les égratignures. Même si à l'époque elle n'était qu'une enfant, puis qu'une adolescente, ces choses si anodines aux yeux de certains l'avaient tant marquée, qu'elle en était devenue une tout autre personne de celle qu'elle serait si leurs chemins ne s'étaient jamais rencontrés.
Si leur fil rouge s'était arraché.
Si leurs destins n'avais pas été liés.

Non, c'était impossible.

Sa voix retentit d'un ton fatidique dans les oreilles de Sybile, qui alterna un regard impuissant vers lui avec un air suspicieux vers son bras. Y lissant les lettres et en y reformant le sens, ses grands yeux de verre restèrent peut être si longtemps ouverts qu'ils en commencèrent à perler, mais elle découvrit avec stupeur qu'elle pouvait lire les mêmes caractères formant la même phrase sur sa propre peau.
Des lettres hâtées et peu gracieuses, mais qui remplirent mademoiselle pétale de rose de tellement de bonheur, de tant d'honneur de les y voir ainsi gravées. Alors qu'elle s'était pourtant calmée, un frisson parcouru à nouveau sa peau sur tout le long de son bras ainsi décoré, et si elle n'avait pas compris à quoi ces sensations brûlantes en elle correspondaient, elle aurait pu aussi bien croire que des étals entiers de fleurs y poussaient. Mais elle ne pu s'empêcher de penser que, malgré qu'elle puisse enfin l'expliquer, cette sensation n'était en rien comparable à celle dont elle se souvenait ; beaucoup plus grande, saisissante, l'attrapant à la gorge d'une main de fer tout en la caressant d'un touché de velours.

Elle ne vivait plus que pour cette sensation sourde et hallucinogène qui berçait ses oreilles et ses paupières, les bordant avec des histoires sur mille nouvelles couleurs toujours plus belles encore. Plus que pour ce frisson pur et dur du destin qui resserre encore plus les liens.
Lançant à Alister un nouveau regard de mélancolie et de soulagement mélangés, sa petite main rosée se saisit de la main qu'il lui tendait avec une extrême douceur, et plaça à ses côtés la seconde violemment brutalisée, portant la marque d'un amour écrit dans ses cellules. Des tâches jumelles, à s'y méprendre comme simplement copiées. Alors prise d'une secousse de surprise, éprise d'un bonheur soudain, Sybile ne put plus longtemps retenir ses larmes, et des quelques perles qui elles-mêmes jusqu'ici se retenaient coulèrent des fleuves ruisselant sur ses joues rosées.

Elle resta silencieuse un instant, les mots ne lui venant pas, et seul son regard aveuglé par le bonheur pouvait parler. Sybile serra la grande main brûlée entre ses doigts frêles, veillant à ne pas trop la presser de peur de plus encore l’abîmer, et laissa ses lèvres se dessiner en un sourire si doux, si beaux, si heureux mais si triste à la fois.
Ses larmes étaient cristallines, pures et pleines de beauté, mais pourtant toujours aussi salées.

" Je suis si heureuse de te rencontrer.. Alister.. "

De sa petite voix saccadée, elle réussit enfin à prononcer les mots qui se précipitaient dans sa tête, comme un murmure dans une tempête.
Trouvant enfin le courage de lever les yeux et de regarder son âme sœur en face, Sybile prononça son nom une deuxième fois en esquissant un sourire encore plus radieux que le premier, une nouvelle bruine de larmes sucrées laissant une délicate rosée sur son visage de poupée gelée.

Glissant souplement de son tabouret de la même façon qu'elle y était arrivée, flocon de neige ainsi réchauffée fit un pas vers Alister, puis deux, puis trois, serrant toujours sa main, et son cœur toujours serré comme autrefois. Il fallait qu'elle le touche, pour de vrai, qu'elle puisse palper son existence du bout de ses doigts pour y croire enfin ; mais enfin elle était là, Sybile, s’effondrant à moitié tant elle avait espéré voir ce moment arriver, n'osant pas plus s'approcher de peur de rompre une barrière qui l'en empêcherait, même si tout ce qu'elle souhaiterai c'est d'enfin pouvoir être réunie avec la personne qui lui a été destinée.



I see in shades of grey, I'm going blind again
But when it comes to you, my world is red
I see in shades of grey, losing my mind again
Cause when it comes to you, my world is deep red
Cold skin all the time, idle hands so you hold mine
You say it helps with keeping you together and you hold tight
I'm losing feeling in my fingers but I don't mind


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Mer 30 Mai - 4:33
Hot Sun FT. Sybile


La chaleur immense qui l’envahissait à ce moment précis l’étourdissait avec sa légèreté et sa beauté. Alister ne savait plus quoi dire, que faire et que penser de la situation dans laquelle il se trouvait. Il n’était pas préparé, lorsque Céline et Alister s’étaient séparés, elle lui avait des mots si blessants qu’ils avaient laissé une marque sur son cœur qu’il avait laissé quelque part à Paris.

Ce même cœur venait d’exploser dans sa poitrine en un arc-en-ciel d’incertitude et de peur. Il ne voulait pas gâcher ce moment avec sa maladresse ou sa timidité. Ses pensées étaient si désynchronisées qu’il ne pensait pas un instant à leur proximité. Il ne ressentait que du bien-être, il avait retrouvé quelque chose qu’il ne savait pas qu’il avait perdu.

Ébranlée par les sentiments qui affecté Sybile, Alister se dirigea vers la porte du magasin en lâchant sa main. Il sentait sa main moite, tremblante et semblait chercher à rejoindre de nouveau celle de la jeune femme.
Il tourna la pancarte ouverte, pour que celle-ci affiche fermer et restât ainsi immobile devant la porte vitrée en regardant les passants. Il baissa les yeux versa sa main où il en sentait les battements frénétiques de son cœur. Derrière lui, il pouvait attendre son âme sœur pleurer.

Il se tourna vers elle, s’approcha doucement, presque en flottant sur le plancher de bois. Il adorait la sensation de plénitude qui l’envahissait alors qu’il avait le regard rivé sur elle maintenant. Sybile.

Sybile. Sybile. Sybile.

Son monde venait de devenir plus coloré même s'il voyait déjà la musique dans les couleurs. Une symphonie prenait place dans son esprit alors qu’il s’agenouillait devant elle.

Déjà qu’il avait de la difficulté avec les émotions qu’il pouvait ressentir, ceux des autres étaient un vrai mystère. Il eut envie d’essuyer son regard en peine d’un revers de la main.

Il l’écoutait dire son prénom comme un mauvais disque rayer et il adorait ça. À chaque fois qu’elle le prononçait, son cœur manquait un battement, son échine tressaillait sous le son de sa voix.
Elle faisait partie de lui, qu’il le veuille ou non.

Elle était sa moitié et il allait la côtoyer chaque jour ou presque.

« — m-moi aussi... Je suis heureux de te rencontre, Sybile. »Dit-il sans décrocher son regard de celui de la jeune femme.

Son prénom sonnait comme une douce mélodie pour son ouïe. Il comprenait alors que les sentiments qui l’avaient torturé durant la dernière heure étaient le fait qu’elle était son âme sœur.
Rien d’autre.

Il appréciait son touché, sentir sa main si chaude et réelle semblait sortir tout droit d’un fantasme refoulé. Les oreilles rouge pivoine et le cœur battant encore comme s’il venait de courir 100Km. Alister caressait doucement le dos de la main de la jeune femme et secoua la tête en la relâchant.

« – Je crois que nous avons eu assez de rebondissements pour aujourd’hui. »Il soupira en se relevant. Il voulait presque le soleil cesse sa course et que le temps s’arrête.

Il pencha la tête sur le côté pensif.

« – Demain 9 heures je t’attends; il fit une pause avant de continuer en se frottant l’arrière de la nuque.
- Je vais te montrer comment fonctionne la caisse et t’expliquer les tâches à faire... Si cela t’intéresse toujours? »

Désoler pour ce navet. Bon, alors ce message va closer ce RP. (Ta vue? j'ai mit plein de citation pour faire bouche trou *cry*)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 18
Date d'inscription : 01/05/2018

Soul
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Ven 15 Juin - 19:16

HOT SUN
━ sybile △ alister

Elle exhala un soupir relaxé, un nuage de bonheur chaud remontant dans ses poumons alors qu'elle profitait de la chaleur de la main dans la sienne. Sa peau elle-même frémissait légèrement sous le toucher délicat d'Alister, et à chaque nouvelle caresse, une discrète sueur froide remontait le long de sa main et laissait derrière une chaleur agréable. Le brouillard coloré sur ses yeux était toujours là, torride et infernal, et Sybile se sentait à moitié dans les vapes comme à cause d'un hallucinatoire où dune fièvre qui s'éternise. Malgré ça elle était calme, les yeux à demi clos pour profiter du moment, jusqu'à ce que la main lui glisse entre les doigts et y laissent un vide, une brise froide serrant ses articulations, et manque de lui faire perler une nouvelle larme au coin de l’œil.

Sybile fit volte face souplement, suivant les mouvements de son âme sœur comme si elle était effrayée qu'il l'abandonne et disparaisse encore pendant des années. Elle essuya rapidement la larme précipitée dans la panique en prétendant qu'elle n'avait jamais été là, et joigna ses mains dont elle ne savait que faire maintenant qu'elles n'étaient plus dans celles d'Alister.
Rassurée de retrouver son toucher, elle voulu se précipiter dans ses bras et s'y perdre, mais à la place se perdit dans ses pensées et son regard bleuté. Sybile n'avait plus les mots, et restait juste là à sourire bêtement et à se plaire au silence. Une seconde fois elle manqua de paniquer, la main glissant d'entre ses doigts à la deuxième reprise, et son cœur manqua un battement.
Elle baissa un peu les yeux et acquiesça avec un air gêné. Il lui fallait un peu de temps pour se rendre compte que ce moment d'affection était terminé.

Alors elle le suivit des yeux, silencieuse avec un petit sourire, observant ses traits d'un air content en se rappelant qu'enfin elle l'avait trouvé. Elle n'était plus seule. Elle avait envie de le serrer dans ses bras, de sentir sa chaleur, la douceur de sa peau, de caresser sa joue et ne demandait qu'une étreinte nouvelle pour être de nouveau à sa place. La seule place qui lui revenait de droit.
Un éclair d'attention lui fit relever le regard quand elle réalisa qu'il l'avait acceptée en tant qu'apprentie. Soudainement elle avait envie de trépigner sur place comme une enflant, mais se retint et seul son regard plein d'étoiles parlait. Elle hésita un court instant, se répéta les trois phrases dans sa tête, recompta les mots et les répéta eux aussi individuellement une nouvelle fois - il y en avait vingt-trois -, mais non c'était bien ça. Sybile réalisa ensuite que les derniers instants où elle était en pleine réflexion étaient un peu long, et sans doute gênants, alors elle voulu se précipiter à s'excuser et les mots rentrèrent en collision avec les autres dans un désordre chaotique.

" Ah euh je- Ou ! Bien sûr que je suis toujours intéressée ! "

Elle paniqua une seconde fois en se rendant compte qu'elle avait paniqué, et soupira d'un air gêné. Sybile mima sa confusion en secouant ses mains, pensant une seconde fois à ses horaires de cours du lendemain mais se dit que de toute façon elle préfèrerait les sécher pour revenir ici que d'aller à l'université.

" Neuves heures demain alors ? Je serais là, promis. "

Elle lui sourit une nouvelle fois, son regard doux ne voulant pas lâcher celui d'Alister. Une sonnerie retentissant sourdement dans ses oreilles, au début très basse, puis au bout d'un moment si forte qu'elle ne pu l'ignorer. De surprise elle se retourna et fouilla son sac, découvrant que c'était bel et bien son portable. Un petit grognement prit sa gorge, et d'un coup toute sa joie se dissipa pour être remplacée par la rage. On l'avait interrompue dans son moment. On avait osé la bloquer dans son bonheur.
Ses yeux étaient noirs et son visage figé sur une expression de dégout et de frustration meurtrière. Elle n'y avait plus pensé, mais heureusement qu'elle s'était retournée. Comment aurait-il réagit s'il avait vu Sybile comme ça ? Elle se tourna vers Alister, l'air dépité, et lui offrit un petit sourire triste.

" Oh.. J-Je vais devoir y aller, un prof m'a demandé un entretient pour ma thèse. Je suis désolée.. "

Déçue et l'air toujours aussi sombre, Sybile se retourna de nouveau vers son sac pour y ranger ses affaires et le mettre sur son épaule. Elle maudissait ces gens, cette université, ce prof à qui elle arracherait volontairement les tripes pour les lui faire bouffer, et ce rendez-vous soudain auquel elle ne voulait même pas aller. Frustrée, elle manqua de se mordre le doigt, mais se rappela au dernier moment que son âme sœur si proche pourrait le sentir et se douter de quelque chose. Expirer, inspirer. Tout allait bien de nouveau.
Sybile s'arrêta devant Alister une nouvelle fois, forçant un sourire malgré sa déception, et se pinça les lèvres.

" Je suis désolée, vraiment.. On se voit demain alors. "

Elle hésita quelques instants, regardant bêtement ses mains vides qui jouaient avec ses doigts, puis prit son courage à deux mains et saisit celle de son âme sœur. La caressant délicatement, elle la serra un peu et tira gentiment dessus pour le forcer à être moins grand par rapport à elle, petite demoiselle en détresse. Et une fois sa joue à portée, Sybile y déposa un doux baiser et resta près de lui, sentant son souffle sur sa peau, avant de reculer d'un pas gêné.
Elle l'avait fait, mais elle avait honte et n'était pas sûre d'avoir bien fait.
Comme une adolescente - ce qu'elle était un peu au final -, elle lui fit un signe rapide de la main en tant qu'au revoir et s'éclipsa rapidement, prenant ses jambes à son cou. Ses joues étaient extrêmement rouges, beaucoup trop pour un petit être de glace comme elle, et elle se sentait à nouveau brûler à l'intérieur devant ce feu inconnu qui venait de prendre.

hrp ; euidkfgzejdkf je suis désolée d'avoir autant traîné DD: j'ai aligné déménagement et maladie, ça m'a claquée jusqu'à maintenant ;_;
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 65
Date d'inscription : 01/05/2018

MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish] Lun 25 Juin - 2:26
Hot Sun FT. Sybile


It comes and goes in waves
It always runs back but it's never quite the same
Well I think there's something wrong with me
Got nothing to believe, can't you see it on my face


Pencher sur le rebord de son balcon, le fleuriste réalisa que le temps lui avait échappé en cette chaude journée. Le soleil commençait tout juste sa descente pour laisser place à l’obscurité. Les lampadaires illuminaient doucement les jeunes couples qui marchaient et Alister éprouvait une incroyable solitude tout d’un coup.

Sybile avait été un vent fraîcheur en cette matinée complètement folle et il comprenait maintenant pourquoi les gens cherchaient autant à rencontrer leur âme sœur.

Une étrange chaleur se développait aux endroits où il avait eu un contact physique, minime est-il avec la jeune femme. S’il fermait les yeux, il revoyait ces lèvres qui l’effleuraient de leur douceur. Son cœur s’était emballé, ce devait être parce que'elle était son âme sœur que cette connexion qu’il ressentait était si puissante et enivrante, alors que c’était tout autre.

Il retourna dans son appartement, son chevalet trônait fièrement au milieu du salon. Alister tendit la main vers un pinceau et le trempa dans une fine couche de peinture. Tout lui semblait tangible, sa respiration, sa voix, les pièces du puzzle s’étaient éparpillées quelque part entre le chemin de la boutique et de son chez-soi. Il avait cessé de penser depuis qu’il l’avait rencontrée et il avait besoin de se ressaisir à la suite de ce torrent d’émotions chaotique.

Et il commença à peindre, le souffle haletant et les yeux rivés sur le tableau qui prenait forme.
Des diamants, des fleurs, un regard de fée et des ailes... Sa toile était archaïque et colorée, exactement comme il se sentait. : L’urgence en lui de mettre sur papier toutes les émotions qui l’habitait. L’urgence de vivre, l’urgence de ne pas oublier.
De peur que cela ne fût qu’un rêve éveillé.


I-I-I-I need you to tell me that I'm a good person. I know that I can be selfish and narcissistic and self-destructive, but underneath all that, deep down, I'm a good person, and I need you to tell me that I'm good. Diane? Tell me, please, Diane. Tell me that I'm good.

Désoler pour ce navet. Bon, alors ce message va closer ce RP. (Ta vue? j'ai mit plein de citation pour faire bouche trou *cry*)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hot Sun [Finish]
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [Finish] Because I love you ... Athens [Caly' & Alecto]
» you here to finish me off, sweetheart ?
» ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)
» Melodie. (FINISH 1oo%)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP-